De Barcelone à Madrid

Barcelona grâce à Toni

Du mardi 19 au lundi 25 août

Je me sens bien dans son appartement, je sens que mon esprit est plus libre. Barcelona me parait plus accessible, plus accueillante. Je relache un peu la danse et La Rambla pour découvrir la ville…son architecture, ses musées et ses bars. Tout commence mercredi.

Architecture… Je vais à la bibliothèque pour faire des recherches sur le modernisme…Le lendemain je vais découvrir les différents bàtiments… Je suis un peu déçu par Gaudi… la philosophie de ses constructions…enfin ce que j’en retiens…utiliser les formes naturelles de la vie pour créer des espaces mieux adaptés aux mouvements de l’homme…me parait fantastique. Mais concrétement l’application de ces théories ne me touche pas. Dans le Parc Guëll, j’ai des réminicences de mon passage à Disneyland. Pour ce qui est de la Casà Mila ou de la Sagrada Familia, je n’y suis pas entré…10 euros l’entrée pour chaque batiment, ça revient vite chère d’aimer l’architecture ! Je me console avec le quartier gothique, les petites rues piétonnes, les façades des magasins…

Art contemporain… Après mes recherches sur le modernisme, je vais faire un tour au MACBA pour deux restropectives sur Nancy Spero et Francese Torres. J’accroche avec la dernière oeuvre de Nancy Spero…une sorte de carrouselle où des têtes en cartons sont accrochées par des chaines…seul un tête qui vomit en est détachée…image de la machine médiatique emprisonnant les esprit…enfin c’est ma vision. Un travail de Torres m’amuse beaucoup… Des photos des « techniciens de surface » qui travail dans les parlements… la « propreté » et la transparence des politiques assurées par les « petits gens » ! Jeu d’apparence de la démocratie. Samedi et dimanche, je vais au CCCB… un expo par jour. La première sur J.C. Ballard me plonge dans la science-fiction, les cataclismes environnementaux, mutations et évolutions de la sociéte. J’imagine un théâtre de science-fiction oú les règles ne sont plus humaines… Je ne sais pas ce que ça veut dire…mais il y a une trace, une marque de cette sensation qui reste en moi. Elle réapparaitra en face des planches. La seconde expo met en rapport photographie et film…ou comment des photographes ont été inspiré par des films. J’aime beaucoup le travail de Patrick Zachmann sur la Chine qu’íl met en perspective avec des films de Changai des années 30…travail sur la lumières, les atmosphères…on retrouve avec 50 ans de décalage des images similaires.

Les soirées… Quand je rentre de ces journées de découvertes de la ville, je retrouve Toni, Veronika, Magdalena et sa soeur qui est là en vacances. Différentes soirées s’organisent… Le mardi soir, je sors avec Magdalena et sa soeur dans le quartier Gracia où il y a un grande fête pendant une semaine… les rues sont décorés, les habitants installent des tables dehors, il y a des concerts, des combats de catch…superbe ambiance. Le mercredi soir, je suis à la cuisine…je ne trouve pas de farine de blé noir pour faire des galettes, je me replis sur des tartes (merci Tiphaine). Jeudi,Sébastien le copain de Toni est de retour sur Barcelona, on mange tous à l’appartement… Vendredi, Song (coréen) arrive à l’appartement, on sort dans un bar à tappas, puis un bar, puis un autre et un club… Tradition espagnole de changer beaucoup de lieu pendant la soirée. Samedi soir repos… Et dimanche, c’est repas coréen… Tradition de la maison, les invités préparent un plat typique de chez eux.

La danse… Alternance entre recherche personnel, temps de réflexion et moments conviviales. La danse a été mit de coté, malgré tout je danse tout le vendredi. Je rencontre un Tchèque qui joue du Didjéridou, je danse sur sa musique… bonne experience et meilleur jour pour le chapeau…10 euros.

Je pars de Barcelona lundi matin, direction Madrid… Je vais voir si la mauvaise réputation du stop en Espagne est justifiée.